le blog

Retour à la liste des articles

Guitare : élaborer son pedalboard – 1ère partie

Aujourd’hui indispensable dans bien dans styles musicaux, le pedalboard est une planche regroupant toutes les pédales d’effets du guitariste qui permettent de modifier la sonorité de son instrument. Dans la première partie de cet article, nous voyons les bases, et quelles pédales d’effets choisir pour élaborer son premier pedalboard. Continuer à lire

Savoir jouer de la guitare, c’est bien. Et c’est un euphémisme. Mais il est des fois où savoir enrichir judicieusement le son de sa guitare, c’est mieux. Voire très bien ! Que serait devenu Jimi Hendrix sans pédale wah-wah ? Kurt Cobain sans distorsion ? David Gilmour sans delay ? De nos jours, les pédales d’effet ont pris encore davantage d’importance, étant donné que l’offre s’est considérablement enrichie et qu’elle est devenue plus accessible. Certains styles de musique en ont fait leur signature : c’est le cas du shoegaze, par exemple, qu’on a appelé ainsi (« contempler ses chaussures », en anglais) parce que, sur scène, les musiciens passaient leur temps à fixer leur pedalboard… Voyez plutôt ce morceau de Slowdive.

Qu’est-ce qu’une pédale d’effet ?

Concrètement, une pédale d’effet est un petit boitier avec divers réglages que l’on vient activer ou désactiver avec son pied pendant qu’on joue de la guitare. Grâce à ses composants électroniques, une fois active, celle-ci va agir sur le signal électrique de manière à créer des effets sonores. Le pedalboard, c’est tout simplement l’ensemble de ses pédales d’effets, réunies sur un même support pour plus de simplicité !

Il existe différents types d’effets :

  • Tout d’abord, les effets de traitement, comme l’égalisation, la compression ou le noise gate. Ils sont aussi appelés « spectraux » parce qu’ils agissent sur les fréquences du spectre sonore.
  • Les effets dynamiques, ou de saturation, qui amplifient le signal. Ils comprennent notamment la distorsion.
  • Les effets de modulation (chorus, phaser, flanger, trémolo…), qui regroupent les effets qui « sculptent » le signal, voire qui en modifient la hauteur.
  • Et enfin, les effets de spatialisation, qui sont basés sur le temps, et permettent, comme leur nom l’indique, de spatialiser le son, lui donner de la profondeur.

 

Pedalboard : les principaux effets de guitare

Quelles pédales avoir au plus vite sur votre premier pedalboard ? Vous retrouverez ci-dessous en vidéos des présentations de différents effets. Premièrement, vous devez vous demander de quels effets vous avez besoin dans l’immédiat. Même s’il s’agit de ne pas se précipiter sur n’importe quelle pédale, la question du bon modèle à choisir doit plutôt se poser en second temps. Alors écoutez-vous : quel est l’effet qui vous ferait le plus plaisir ?

Notre conseil, c’est de commencer par une pédale de saturation. Là, vous aurez de quoi vous amuser assez vite. Il y a trois types de saturation : l’overdrive, la distorsion et la fuzz. L’overdrive équivaut à ajouter du gain sur votre ampli, le son brut de la guitare est respecté. La distorsion est directement plus heavy. Et la fuzz, quant à elle, elle est un peu plus feutrée, mais aussi plus « épaisse », plus « grasse » que la disto.

Exemple : l’overdrive OCD de Fulltone, la disto DS-2 de Boss, la fuzz Big Muff de chez Electro-Harmonix.

Puis, optez pour une pédale de spatialisation comme une reverb. C’est un effet qui consiste à faire se réverbérer le son en une multitude d’échos simultanés, ce qui permet de spatialiser votre son, par exemple de faire comme si l’on jouait dans une petite pièce ou dans un grand entrepôt vide.

Exemple : la Holy Grail de chez Electro-Harmonix

Enfin, vous pouvez très bien choisir une deuxième pédale de spatialisation, comme un delay par exemple (qui fait se répéter distinctement le son, exactement comme de l’écho), ou alors une pédale de modulation. Auquel cas nous vous conseillons plutôt de commencer avec un chorus. Ce dernier effet copie et additionne le signal électrique, afin de créer un effet similaire à celui d’un « chœur » de chanteurs. Mais il permet aussi d’altérer légèrement le signal. Résultat, un jeu plus brillant, ou au contraire plus déroutant !

Exemple : la Small Clone de chez Electro-Harmonix

Vous voilà maintenant en possession des bases pour créer votre premier pedalboard. Dans la seconde partie de cet article, nous verrons quelles pédales additionnelles se procurer ensuite – comme une compression, un phaser, une wahwah – comment gérer le chaînage de toutes ces pédales, et enfin, quelle planche de pedalboard et quelle alimentation choisir !

Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*