le blog

Retour à la liste des articles

Nadia Boulanger, un tyran aimé

Elle avait des méthodes d’enseignement draconiennes, mais tout le monde voulait suivre ses cours, même en venant des États-Unis. Beaucoup sont devenus de très grands noms de la musique. Elle est morte à plus de 90 ans et a défendu toute sa vie durant l’œuvre musicale de sa sœur, Lili. Nous avons nommé Nadia Boulanger. Continuer à lire

Elles étaient 2

Parler de Nadia Boulanger, c’est aussi parler de sa sœur, Lili. Toutes 2 étaient compositrices, Lili ayant semble-t-il un très grand talent pour la composition ! Malheureusement, Lili, de 6 ans la cadette de Nadia, décède à à peine 25 ans, le 15 mars 1918 de maladie, 10 jours avant Claude Debussy.

Toute sa vie par la suite, Nadia s’évertuera à défendre et faire connaître l’œuvre de sa petite sœur qui a écrit aussi bien de la musique pour piano que de la musique de chambre, de la musique vocale ou encore de la musique orchestrale. Nadia ne composera quasiment plus après la mort de Lili et, surtout, elle enseignera pendant plus de 70 ans et deviendra l’un des professeurs de composition les plus influents du siècle dernier.

Un petit point biographique

Nadia Boulanger a composé et a été professeur pendant plusieurs décennies, mais elle était aussi pianiste, organiste et chef de chœur. Née en 1887 et morte en 1979 – donc on célèbre cette année les 40 ans de sa disparition – elle a été inhumée, aux côtés de sa sœur, au cimetière Montmartre. A noter que la demeure des 2 sœurs, Les Maisonnettes, est située à Gargenville, dans le nord des Yvelines. Ce lieu plein de charme respecte toujours la mémoire des sœurs Boulanger et le bar dans le salon de cette bâtisse s’appelle « le bar Stravinsky » en l’honneur du compositeur russe qui était un ami intime de Nadia Boulanger.

Avant d’aborder son enseignement et des élèves qui ont « défilé » devant elle, écoutons une de ses œuvres. Il s’agit de sa Fantaisie pour piano et orchestre :

Un enseignement efficace, mais très dur

On ne compte plus les musiciens aujourd’hui célèbres passés entre les mains de Nadia Boulanger !

Aaron Copland, Leonard Bernstein, Quincy Jones, Philip Glass, Astor Piazzolla, Pierre Henry, Michel Legrand, et nous pourrions en citer beaucoup d’autres, tous ont été élève de « Mademoiselle », comme elle se faisait appeler. Bien que ça ne soit ici que quelques noms, plusieurs sont américains, nationalité qui était majoritaire parmi ses élèves.

Beaucoup se sont exprimés sur son enseignement. Commençons par le compositeur Philip Glass qui dans son livre Words without music (Paroles sans musique) datant de 2015, consacre plusieurs pages à celle qui a été sa professeure pendant 2 ans. Il raconte ainsi que la classe du jour avec Mlle Boulanger pouvait commencer par cette dernière « en train de vous appeler par votre prénom, sans lever les yeux, pour venir au piano. Et gare à vous si vous n’étiez pas prêt ou, pire, absent ». Et il ajoute que bien qu’elle s’évertuait à être « gentille et bienveillante, les faits étaient qu’elle était quelque chose entre intimidante et terrifiante ».

Le chef d’orchestre John Eliot Gardiner précise de son côté que c’était dur d’étudier avec elle, qu’elle était un tyran, c’est le mot qu’il utilise, et qu’elle ne pardonnait rien.

Pour apporter un peu de « douceur » à cela, évoquons Quincy Jones et Leonard Bernstein. Le premier précise qu’elle est la personne qui lui a le plus appris de choses sur le plan musical durant sa carrière et le second qu’ils sont devenus amis.

Elle était donc implacable et avait des techniques draconiennes – elle le disait d’ailleurs elle-même – mais comme on le voit, elle était appréciée de beaucoup de ses élèves !

Pour finir, je vous propose une vidéo de témoignages d’élèves très intéressante. Nadia Boulanger y parle aussi !

nadia boulanger cours de piano compositeur de musique