Chat with us, powered by LiveChat

le blog

Retour à la liste des articles

S’entraîner même quand le prof n’est pas là

Certains élèves imaginent qu’un cours hebdomadaire suffit pour progresser. Inutile de s’exercer pendant la semaine ! Pourtant, l’apprentissage d’un instrument est avant tout basé sur la répétition des gestes au quotidien. Sans pratique régulière, les savoirs ne s’impriment pas dans le corps. Continuer à lire

Une semaine de vacances entre deux cours

Petit conseil, si vous voulez progresser sans souffrir, n’attendez pas le cours suivant pour sortir l’instrument de la boite. N’imaginez pas non plus qu’on puisse faire une omelette sans casser des œufs. Les progrès sont le fruit d’une chaîne de petits gestes. De même que c’est en pratiquant régulièrement que la posture trouve sa place juste. Car ce sont les muscles du corps qui mettent l’instrument en vibration. Le corps a besoin de ce contact régulier avec l’instrument pour mieux le connaître et l’appréhender sans crainte.

Je suis zen sans le savoir

Jouer seul sans la présence de son professeur demande une vraie prise en charge personnelle. Soudain le guide n’est plus là. A vous de retrouver le chemin. N’ayons pas peur des fausses notes, ouvrons la porte aux canards. Vous vous concentrez. Votre professeur vous a certainement donné quelques nouveaux conseils et vous avez hâte de les mettre en application. Vous êtes seul(e) face à vous-même. Dites-vous que ce n’est pas un hasard si vous êtes en train d’apprendre à un jouer d’un instrument. C’est un choix, votre jardin secret. Les quelques instants que vous consacrez à la musique vous procurent un plaisir personnel inouï, malgré les moments de découragement. Certains commencent leur journée par la pratique d’un instrument. Une façon de rassembler l’énergie qui est en nous et rester zen.

Pour ou contre les gammes ?

Qu’est-ce qu’une gamme ? Ce sont des notes qui montent et qui descendent, toujours par le même escalier. C’est un peu l’alphabet du corps qui apprend à marcher. Les flux musculaires s’enchaînent, permettant la motricité et la coordination des membres. C’est l’échauffement du danseur, les barres obliques de la danseuse. C’est donner au corps la conscience d’exister par lui-même. C’est enfin permettre à vos réflexes de gagner en précision. Les gammes sont des outils pour échauffer le corps et l’esprit. Mais il existe d’autres façons d’entrer en communion avec son instrument. Parlez-en avec votre professeur.

Vous n’arrivez pas à jouer seul (e) ?

Il vous faut un public sinon l’instrument restera emballé dans sa couverture. Si vous ne voulez plus être seul(e), jouez devant votre chat, par exemple. S’il part en courant dès la première note, c’est qu’un couac lui a probablement déchiré l’oreille. Sinon, vous pouvez aussi vous exercer devant votre web cam. Attention, ne partagez pas vos gammes sur les réseaux sociaux, sauf si c’est pour faire une blague. Enfin, vous pouvez aussi, le dimanche, prendre quelques amis en otages. Partager ce que vous êtes en train d’apprendre sera une source de progrès, de satisfaction, et peut-être aussi de fous rires.

Qui suis-je sans mon professeur ?

Un professeur est fondamental parce qu’il va vous apprendre à développer votre propre autonomie. Mais en retour, vous devrez fournir un effort personnel durant la semaine, même avec un planning chargé. Sachez seulement qu’en pratiquant régulièrement, vous franchissez certaines épreuves presque à votre insu. C’est en effet durant ces phases de jeu courtes et régulières que s’impriment dans le cerveau les réflexes corporels liés à la pratique d’un instrument de musique. Car un jour, vos doigts seront capables de jouer seuls, sans votre aide, tant votre instrument fera partie de vous. En attendant, n’attendez plus votre professeur pour vous mettre au travail !

pratique musicale apprentissage musical conseils pédagogiques