Chat with us, powered by LiveChat

le blog

Retour à la liste des articles

La guitare et ses cousines

Cela a la forme d’une guitare, les cordes d’une guitare, un son qui peut s’apparenter à celui d’une guitare, mais ce n’est pas une guitare. Ou tout au moins, cela se distingue de la guitare traditionnelle par un certain nombre de caractéristiques : taille, tessiture, accordage… Voici un petit tour d’horizon des variantes de la guitare. Continuer à lire

La guitare basse, la basse acoustique

Au commencement fut la basse électrique : Un jour, Leo Fender, après avoir inventé la Telecaster, puis la Stratocaster, s’est demandé, peut-être sous l’effet de l’ennui, ce qu’il allait bien pouvoir faire de nouveau pour continuer à révolutionner le monde de la musique, et inventa la basse électrique… A l’heure des balbutiements du rock n’roll, il s’est dit, en effet, que la contrebasse, cet instrument lourd et intransportable, véritable générateur de larsen, pourrait être remplacée par quelque chose de plus moderne, aérodynamique, à l’image de ces nouvelles guitares qu’il venait de créer. Il inventa la telecaster bass, hybride entre la guitare électrique et la contrebasse, et le tour était joué. Notons l’une des différences importante entre les deux instruments : la basse électrique, comme la guitare, a des frettes…

Toutefois, des années plus tard, à l’heure où le retour à l’acoustique se fit sentir, le besoin apparut d’une basse acoustique, sans les inconvénients de la contrebasse, très différent finalement de la basse électrique dans l’apparence, le toucher, l’encombrement, et même le prix.

La basse acoustique, ou semi-acoustique, instrument hybride à plus d’un titre, est associée, dans l’inconscient collectif, à un mouvement de retour à l’acoustique au début des années quatre-vingt-dix. L’émission Unplugged de MTV fut emblématique de ce mouvement, invitant groupes et musiciens à venir jouer leur répertoire en acoustique le temps d’un concert, et sans doute bon nombre de personnes ont découvert la basse acoustique entre les mains de Krist Novoselic de Nirvana, lors du passage du groupe à cette émission…

La guitare baryton

Si le thème de Twin Peaks résonne depuis des années dans votre tête, avec ce do, plus grave de 2 tons que le mi grave d’une guitare traditionnelle… Eh bien bravo, vous connaissez la guitare baryton sans même le savoir. Accordée en B E A D F# B, prisée dans les années 60 par la vague surf, pour jouer des thèmes plus graves et plus profonds qu’une guitare traditionnelle, (cf. vidéo de Jet Harris, Diamonds), cette étrange guitare hybride, peu cristalline, fit son renouveau dans la new wave des années 80, en témoignent certaines lignes de The Cure ou New Order, à mi-chemin entre la guitare et la basse. Quoique Robert Smith, dans The Cure, allait encore plus loin en utilisant une guitare accordée un octave en dessous de la normale (Fender Bass VI, puis Schecter Hellcat VI – voir la vidéo). Attention, parfois nommée « basse 6 cordes », ce type de guitare est plus proche de la guitare baryton que de la basse, et se joue bien comme une guitare !


La guitare 7 cordes

Variante de la guitare électrique traditionnelle, la guitare 7 cordes s’accorde de la même manière, mais comporte une corde grave supplémentaire accordée en si. Principalement électrique, elle fut popularisée par Steve Vai dans les années 80, et la marque Ibanez conçut un modèle sur mesure pour lui. Le virtuose américain de la guitare était en effet soucieux d’agrandir sa tessiture et d’avoir un accès aux notes graves, notamment pour adapter les Caprices de Paganini… De fait, la 7 cordes, dans l’inconscient collectif, est associée, non seulement à Steve Vai, mais aux guitar heroes de sa génération, qui, dans le sillage de Joe Satriani, développèrent une certaine conception de l’instrument, extrêmement technique et démonstrative… Une conception qu’on est libre d’apprécier ou non.

La guitare 12-cordes

Si l’intro de Hotel California vous procure des frissons, peut-être êtes-vous faits pour la guitare 12 cordes… Ou peut-être devrait-on dire « 2 x 6 cordes », car tel est le principe de cet instrument : chaque corde est doublée. Soit avec une note identique, pour les cordes sol, si et mi, soit à l’octave d’en dessous, pour mi, la et ré, et parfois sol. (Notons que nous nous basons ici sur l’accordage traditionnel, mais guitare 12 cordes et open-tuning font souvent bon ménage !)

Ces doubles cordes sont très rapprochées, et se jouent simultanément. Inutile de dire que le doublage des notes crée un enrichissement harmonique important, notamment pour les arpèges. De fait, elle fut la seconde compagne de bon nombre de guitaristes rock, on reconnaîtra son timbre particulier dans Hotel California d’Eagles bien sûr, mais aussi dans Stairway To Heaven de Led Zeppelin, Wish You Were Here de Pink Floyd… Pour ne citer que des exemples acoustiques. Mais en électrique, elle eut également son heure de gloire, notamment entre les mains de Roger McGuinn de The Byrds, qui en fit sa marque de fabrique.

La guitare à double manche

Puisqu’on parle de Hotel California, et de Stairway To Heaven… Comment se fait-il que les deux guitaristes des groupes concernés (Don Felder pour Eagles, Jimmy Page pour Led Zeppelin) aient eu en commun ce choix d’arborer un instrument aussi étrange que la guitare à double manche ? Sans doute tout simplement parce que les deux morceaux cités comprennent des parties de 12 cordes, (une signature sonore qui devient souvent indissociable du morceau), mais aussi d’autres parties de guitare, soliste notamment, nécessitant, sur scène, un passage rapide à la guitare traditionnelle. De fait, les guitares à double manche ont généralement un manche traditionnel et un manche de 12 cordes, quelquefois 12 cordes / basse (Mike Rutherford de Genesis), parfois mandoline / guitare… Et plus rarement, 12 manches de guitare traditionnels dans les créations de l’artiste japonais Yoshiko Satoh. Dans une perspective plus artistique que réellement utilitaire, faut-il le préciser.

Le guitalélé

Allons dans l’autre sens et découvrons des modèles plus petits… Marque déposée par Yamaha avec son modèle GL-1, le guitalélé pourrait donner à penser qu’il s’agit d’une invention récente. Ce serait nier qu’il est issu d’un illustre ancêtre, la guitare requinto. Cet instrument posséda de nombreuses versions, mais son accordage traditionnel est le même que celui du guitalélé : A D G C E A. Ce qui est l’accordage traditionnel de la guitare, transposé une quarte au-dessus. De fait, l’instrument se rapproche du ukulélé, tant par l’accordage que par le son !

Véritable guitare réduite, le guitalélé est une excellente option pour qui souhaite emporter son instrument en voyage à moindre encombrement…

Il pleut des cordes…

La famille de la guitare est décidément très vaste, et encore, ce n’est qu’un tour d’horizon subjectif de celle-ci… Nous aurions pu aussi évoquer la guitare-harpe à 18 cordes, que les « les cigar box guitars » qui parfois n’en ont qu’une ! Mais aussi éloigné soit-il de la guitare traditionnelle, chacun de ses instruments en reste suffisamment proche pour qu’un guitariste y trouve ses marques. Le reste est une question d’adaptation… et de goûts, bien sûr.

guitare basse instrument de musique