le blog

Retour à la liste des articles

La fonction sociale du chant

L’être humain aime chanter. C’est indéniable, pousser la chansonnette n’a de
secret pour personne. Mais savez-vous qu’avant de devenir un plaisir
personnel, le chant a d’abord eu une fonction sociale ? Continuer à lire

Le chant, une pratique ancestrale

Le chant est notre premier instrument. Il ne nécessite aucun artifice ni aucun objet. C’est pourquoi il est pratiqué dans toutes les cultures et ce depuis la nuit des temps. Plus que n’importe quelle autre pratique musicale, le chant nous renvoie à notre substance primitive tant son mode opératoire vient puiser dans les tréfonds de notre corps voire de notre âme. Mobilisant la voix, le chant se rapproche du langage parlé ou du cri, voire parfois des pleurs. Grâce à son pouvoir libérateur, il permettait d’exprimer une contrariété ou de célébrer une joie. Il est le vecteur par excellence de l’émotion. 

Le chant est probablement la première manifestation musicale de l’être humain. L’anthropologue Ian Morley suppose que depuis la préhistoire, le chant fut employé pour rythmer la vie communautaire à travers les cérémonies ou pour communier avec les forces surnaturelles. Ce n’est que bien plus tard dans la Grèce antique, que le chant est devenu une forme artistique à part entière incluant différentes règles de forme et d’esthétique. Cette approche est d’ailleurs celle que nous connaissons le plus aujourd’hui. Par son essence accessible, il défie les âges, les cultures et les classes sociales lui donnant une valeur universelle. 

Chanter pour rythmer la vie

Dans l’histoire de l’humanité, il existe de nombreuses cultures et de nombreux endroits ou la musique et plus particulièrement le chant a une place primordiale au sein d’une communauté. En effet, de nombreuses sociétés l’utilisent pour ses dimensions de cohésion et de rituel.  Parfois, il sert à raconter et transmettre l’histoire identitaire d’un groupe en perpétuant les mythes et légendes qui lui est propre. En Géorgie, le chant polyphonique est considéré comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO.  Et pour cause, cette tradition vocale occupe une place prépondérante rythmant tous les instants de la vie quotidienne. Chaque occasion est bonne pour chanter : mariage, baptêmes, vendanges, retrouvailles, repas etc. Il fut un temps ou ces pratiques étaient connues de tous et n’étaient pas réservées aux professionnels.

Dans les musiques traditionnelles, le chant est fonctionnel, il permet l’expression des désirs, joies et peines tout en accompagnant l’élévation d’une communauté par sa nécessaire solidarité. Évidemment, chanter à plusieurs se vit également comme un divertissement, mais même dans ce cas, on fabrique une temporalité commune et c’est ce phénomène qui créer le lien entre les gens.  

Chantons-nous encore pour communier ?

Le chant a toujours son pouvoir cérémonial car il confère à l’instant un moment de communion, c’est pourquoi la pratique fédératrice du chant se trouve encore dans des endroits de culte. Ce sont des espaces ou les fidèles connaissent les psalmodies par cœur. On peut constater que nous avons perdu notre capacité collective à chanter de manière spontanée, probablement depuis l’avènement de la religion ayant chassé la tradition musicale profane. On chante chez soi à l’abri des regards ou dans des cadres très précis lors de cours de chant, au karaoké ou à l’église. Pourtant, le désir de chanter ensemble n’a pas vraiment disparu de notre culture occidentale. Il suffit de regarder les instants suspendus des concerts durant lesquels le public scande les paroles. 

C’est le cas également lors de rassemblements publics comme des manifestations. Dans ces instants, les gens chantent pour se sentir unis. On voit d’ailleurs comment des chansons peuvent se transformer chant de contestation ayant pour effet de créer un lien fort entre les manifestants. On a pu le voir notamment à travers le morceau Baraye du musicien Shervin Hajipour, devenu malgré lui l’hymne révolutionnaire en Iran cette année.

S’il n’existe plus vraiment de chants traditionnels à proprement parlé, les morceaux de musique pop sont devenus aujourd’hui nos rites fédérateurs. Ainsi, c’est lorsque nous chantons ensemble la bande originale d’un film de Disney ou reprendre en chœur un tube des années 70 que nous perpétuons ces espaces de communion.

chant pratique musicale histoire de la musique
Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*