le blog

Retour à la liste des articles

Comment préparer un examen de chant en ligne ?

Cette année particulière sera aussi celle des examens de chant en ligne. Comment se préparer en tenant compte des spécificités de l’examen en distanciel ? Sortez vos smartphones. Continuer à lire

Des conditions plutôt avantageuses

Le principe de l’examen ne change pas : le jury est le même que si l’examen avait lieu en présentiel. Mais le candidat ne voit bien sûr pas le jury quand il se filme, ce qui peut supprimer une bonne dose de trac ! Autre gros avantage par rapport à l’examen classique : pouvoir recommencer la prise si on a pris un mauvais départ. Cette vidéo d’examen permettra de montrer que l’on a réalisé le meilleur de ce qu’on était en mesure de faire. Exit l’examen en présentiel où la mauvaise forme du moment et le trac peuvent donner lieu à une contre-performance ! On en tire profit pour le moment.

Prendre son temps

Avant tout, bien prendre le temps de travailler les passages difficiles, en les reprenant plus lentement, puis plus vite, de façon isolée si nécessaire. Une fois ce travail fait, c’est le moment de devenir son propre réalisateur/metteur en scène, de faire mûrir l’interprétation, de se projeter en face du Jury comme si on y était réellement. S’imaginer dans une grande salle ou sur une scène aide. Cela permet de réaliser que c’est l’aboutissement d’un travail, et plus une simple répétition dans son salon.

S’improviser chanteur – réalisateur

En vue d’arriver à un résultat satisfaisant, s’y prendre plusieurs semaines à l’avance et filmer ses répétitions en conditions d’examen peut se révéler très utile. Cela reviendrait, au cinéma, à faire plusieurs prises d’une même scène, semaine après semaine. Cet exercice permet de prendre du recul. La vidéo aidera à réaliser pleinement nos propres atouts, ainsi que ce qui est à améliorer. La prochaine séance d’enregistrement sera l’occasion de progresser sur les points faibles, et ainsi de suite jusqu’au jour de l’enregistrement E. En plus de constituer une archive précieuse pour plus tard, toute notre évolution nous apparaîtra bien plus clairement grâce au film.

L’importance du filage

Pour ceux qui n’aiment pas se voir ni s’entendre, la possibilité de refaire infiniment peut rendre trop perfectionniste en n’étant jamais content du résultat. Se fixer un nombre limité de prises par semaine est alors une bonne idée. Ce qui est important une fois le morceau bien travaillé, c’est de le filer en entier, ne pas être tenté de s’arrêter au milieu pour quelque raison que ce soit. Tourner en conditions de concert: quoi qu’il arrive on continue et on se rattrape. Comme pour un parcours sportif, c’est dans l’enchaînement des différents passages qu’on pourra vraiment travailler le morceau, se l’approprier jusqu’à en devenir familier, pouvoir en maîtriser les difficultés.

Vidéo et auto-correction

L’enregistrement aide à réaliser quantité de détails dont on aurait moins conscience en examen classique, sans retour vidéo. Parfois même plus que si quelqu’un d’autre nous critiquait. Il permet de se poser des questions sur la qualité de sa posture, de pointer d’éventuels gestes parasites, tensions, d’observer l’utilisation du regard. Comment apparaît ma respiration ? Est-ce qu’elle se remarque ou pas du tout ? Est-ce que mes épaules remontent ? Mon cou bouge-t-il, se crispe-t-il ? En réalisant cette vidéo préparatoire régulière, l’apprenti chanteur pourra travailler sur l’équilibrage de la tonicité et de la détente. Travailler à libérer les tensions (mâchoires, sourcils, épaules, plexus), tout en privilégiant la tonicité nécessaire. Il est utile aussi d’écouter parfois uniquement le son, puis de regarder d’autres fois uniquement l’image. Des éléments vont apparaître plus clairement.

S’enregistrer pour l’examen motive et fait progresser. Les conseils du jury seront ensuite la cerise sur le gâteau !

examens en ligne événements icm examen de fin d’année