Chat with us, powered by LiveChat

le blog

Retour à la liste des articles

Le Prix de Rome : même des grands ont échoué !

Une des actualités d’icm en ce moment, ce sont les examens. Une occasion de faire un focus sur un des plus grands concours : le Prix de Rome. Nous nous intéresserons bien sûr uniquement aux compositeurs, même si ce concours regroupait d’autres arts que la musique, à savoir la peinture, la sculpture, l’architecture et la gravure. Et nous verrons que de très grands noms de la musique ont échoué ! Comme quoi… Continuer à lire

Un concours ancien

Bien que l’origine du prix soit très ancienne, il remonte à 1663, la « section » musique est relativement récente : elle a été créée en 1803 et avait été précédée par la catégorie Architecture en 1720.

La Villa Médicis, qui est le fameux lieu où se passait ce concours a été fixé justement en 1803. Avant, l’Académie de France, qui permettait via ce concours à de jeunes artistes de se former en Italie, avait son siège au Palais Mancini.

Le concours a été supprimé en 1968 par André Malraux, à la suite des « événements » de mai.

Les épreuves du concours

Le prix de Rome permettait aux artistes qui l’avaient obtenu de passer aux frais de l’État français une année d’étude à la Villa Médicis dans la capitale italienne.

Les lauréats obtenaient également une pension de 5 ans. Pour la musique, le prix était décerné par le Conservatoire de Paris. Les jeunes postulants devaient dans un premier temps composer une fugue chorale. Ensuite, les 4 candidats retenus devaient écrire une cantate dramatique sur un texte en vers qu’on leur imposait.

L’œuvre récompensée était donnée en concert public 2 mois plus tard.

De grands compositeurs ont échoué

Berlioz, compositeur de la fameuse Symphonie Fantastique et qui est un des plus grands compositeurs romantiques français, a passé 4 fois le concours. Il a été récompensé du 1er prix la 4ème fois, en 1830, avec une cantate intitulée Sardanapale.

Trois années de suite, Claude Debussy, célèbre pour son Prélude à l’Après-midi d’un faune et de nombreuses œuvres pour piano, a passé le concours. Après un échec en 1882, un 2è prix l’année suivante, il gagne le concours en 1884 avec sa cantate L’Enfant prodigue.

De son côté, Paul Dukas, compositeur du poème symphonique L’Apprenti Sorcier utilisé dans Fantasia, a obtenu le 2è prix en 1888.
Charles Gounod, lui, a gagné le 1er prix en 1839 avec sa cantate Fernand.

Enfin, Maurice Ravel, l’auteur du fameux Boléro, a quant à lui tenté 5 fois le concours, sans jamais être récompensé ! C’était au tout début des années 1900. Et que dire de Camille Saint-Saëns, recalé 2 fois ?

Comme quoi, les récompenses et/ou les échecs à des concours, ne font pas tout et ne veulent rien dire ! Et n’oublions pas que beaucoup des plus grands compositeurs ont rarement suivi des cours ! C’est le cas de l’allemand Richard Wagner, par exemple, qui en ayant été quasiment totalement autodidacte, est l’un des plus grands compositeurs de l’Histoire de musique !

examens en ligne compositeur de musique histoire de la musique