Étonnants instruments – le «gaffophone»

Le gaffophone

La fameuse invention par Gaston Lagaffe du «gaffophone»... La fameuse invention par Gaston Lagaffe du «gaffophone»…

L’étonnant compositeur italien Giacinto SCELSI (1905-1988) pourrait bien avoir écrit la première pièce concrétisant dans le monde réel l’invention musicale, aussi géniale que loufoque, de Gaston Lagaffe : le fameux «gaffophone» !

A première vue, son morceau Okanagon (1968) utilise pourtant trois instruments tout à fait traditionnels : la harpe, la contrebasse et le tam-tam asiatique, sorte de gong aux résonances très riches.

Mais l’idée de réunir ces trois instruments est déjà beaucoup plus originale, sans parler de l’utilisation audacieuse que SCELSI en fait, exploitant au maximum les généreuses vibrations de leurs registres graves…

Sonorités extravagantes et mystiques

Cette musique étrange peut de prime abord faire sourire et intriguer, du fait de ses sonorités extravagantes et de son absence volontaire de toute «mélodie» au sens traditionnel du terme !

Cependant, il faut bien avoir à l’esprit que SCELSI était avant tout un mystique, très influencé par les philosophies extrême-orientales : la principale clé d’écoute de cette musique est donc à chercher de ce côté-là.

Vers l’extase sonore

Ici, point de mélodies ni d’harmonies agréables à l’oreille, mais une passionnante exploration au cœur des timbres et du son lui-même. Serait-ce alors une pure expérimentation sonore à laquelle le compositeur italien nous convierait, un peu comme Gaston «invite» de force son malheureux collègue de bureau à subir le «gaffophone» ?

Que nenni !

Si Okanagon possède sans doute l’audace et la liberté d’une musique expérimentale, il s’agit surtout pour SCELSI de nous plonger dans une sorte de rituel sonore, une lente cérémonie dans laquelle il ne s’agit pas tant de «comprendre» que de ressentir une forme d’extase mystique, en se laissant hypnotiser par les lentes vibrations des trois instruments, censées nous mettre en phase avec les vibrations cosmiques et intersidérales !

Finalement, Gaston n’est-il pas lui aussi un poète, à sa manière ?

fantaisies musicales Gaston Lagaffe musique actuelle Scelsi

archives

Vous aimerez aussi