le blog

Retour à la liste des articles

S’échauffer avant de chanter – 1ère partie

Nombreux sont ceux qui émettent avec enthousiasme le souhait de chanter. Mais cet élan est parfois vite rattrapé par un complexe: le son va-t-il bien sortir ? N’y aura-t-il pas de couacs, enrouements et autres déraillements ? De la nécessité de bien se chauffer avant de produire un son. Continuer à lire

Le chant : le plus facile des instruments ?

Chanter est le moyen le plus spontané de faire de la musique. Et le premier rapport de tout un chacun avec celle-ci. Un jeune enfant, un parent, esquisse une mélodie instinctivement, par mimétisme. Si on est séduit par une musique, la façon la plus immédiate de la garder en soi ou de se la remémorer c’est de la fredonner. Le chant paraît le plus facile des “instruments”, puisque l’instrument c’est soi-même.

Pas de positions ni de doigtés à repérer ni à apprendre au préalable. Il y a une immédiateté, une spontanéité très agréables et avantageuses. On peut aussi partager avec d’autres en chantant en groupe dans n’importe quel lieu, instantanément pour peu que quelqu’un entonne la première phrase.

Pourtant la voix est aussi le plus fragile des instruments: fatigue, raucité du matin, léger rhume : d’infimes détails peuvent modifier la production du son et diminuer notre maîtrise de ce qui sortira. On peut se rassurer : c’est la régularité du travail sur la voix et le corps qui payera. Travailler de façon brève mais régulière sera mille fois plus utile qu’une fois de temps en temps, tout comme en sport !

Quelques exercices simples très régulièrement faits avant de chanter assureront un plaisir et une sécurité maximales dans l’exécution du chant, pour peu qu’ils soient ciblés et efficaces.

Rechercher le naturel dans son travail

Comme pour un sportif, l’échauffement consistera en un travail à la fois sur la souplesse et la tonicité des muscles et des ligaments, la fluidité de la respiration, et bien sûr, sur notre corps, notre instrument, notre caisse de résonance. Comme nous le verrons dans un prochain article, on commencera par des exercices de respiration et de souffle, puis on utilisera progressivement la voix.

La règle essentielle à ne pas perdre de vue : toujours rechercher le naturel, ne jamais forcer ni pousser. Ne jamais ressentir de douleur. Si on sort d’une séance avec les muscles du cou tendus, une sensation de cordes vocales irritées : ce n’est pas normal !

Les bénéfices de la mise en place d’une chauffe de voix régulière

Prendre l’habitude de se chauffer avant de chanter ou même simplement de parler -en conférence, en cours-, assurera la santé de la gorge et des cordes vocales. J’ai remarqué que celles-ci deviennent comme plus résistantes à la longue, du fait qu’elles ont été sollicitées à bon escient et travaillées dans la douceur. Par la même occasion on va donc limiter les risques d’enrouement et d’aphonie. On gagne de l’assurance et un sentiment de solidité nécessaire avant de se lancer dans l’exécution de son chant.

Quoi qu’il en soit c’est une bonne façon de chouchouter ses cordes vocales, d’en prendre soin et de les entretenir !

cours de chant échauffement voix voix chantée