le blog

Retour à la liste des articles

Quelle posture adopter dans ma pratique musicale ?

Adopter une bonne posture vous permettra à vous ou votre enfant musicien de jouer sans fournir d’efforts inutiles, de prévenir les tendinites et autres maladies musculo-squelletiques typiques pour finalement créer un son plus agréable et harmonieux. Continuer à lire

Avant de jouer : bien se préparer

Le musicien est un sportif de haut niveau. Comme lui, il faudra qu’il s’échauffe et s’étire avant de jouer. Cela consiste à réchauffer les muscles pour ne pas les blesser en jouant à froid et à rechercher un maximum de souplesse. Les pianistes feront par exemple quelques étirements de doigts, échauffement des poignets (rotation des deux mains jointes) avant de se lancer. Les chanteurs feront des vocalises pour réchauffer leurs cordes vocales. Quelques exercices de respiration permettront d’évacuer tensions et soucis accumulés dans la journée.

Les parents de musiciens veilleront à ce que leur enfant ne transporte pas de charges lourdes la journée, quitte à acheter un second jeu de livres scolaires ou un cartable à roulette pour alléger et préserver le dos (en prévention des scolioses notamment).

Avant de jouer : s’installer correctement

Ensuite il s’agira de s’installer correctement sur son instrument. La ligne directrice étant de conserver un alignement de la colonne verticale satisfaisant sur un bassin souple et confortable avec un port de tête droit. Et de bien répartir le poids sur tous ses points d’appui autour de ce mât central.

Quand vous pensez que la plupart des instruments sur lesquels jouent vos enfants ont été conçus par et pour des adultes et qui plus est, des droitiers, il vous paraîtra tout de suite évident qu’un minimum de précautions et d’aménagement s’imposent.

Au piano les pieds de l’enfant devront toucher le sol : il conviendra pour les petits d’installer des marchepieds réhausseurs si besoin. L’enfant ne doit pas non plus être trop près de l’instrument. Pour cela ne pas hésiter à éloigner son tabouret pour qu’il puisse développer des gestes plus amples et protéger ses coudes.
Un coussin viendra chouchouter son coccyx.

Une mauvaise posture si elle est répétée va s’ancrer comme une vieille habitude et souvent c’est un enchaînement de mauvais mouvements que le corps essaie de compenser qui amène à la souffrance, à la blessure.

Prenons l’exemple du guitariste : il tient son instrument à gauche et déséquilibre ses appuis en faisant porter tout son poids sur la jambe gauche. Dans ce cas on n’hésitera pas à placer un marchepied sous son pied droit pour le rééquilibrer.

Jouer sans forcer, sans douleur

Pendant qu’ils jouent, certains pianistes emportés par leur passion se voûtent inutilement, vont enfoncer les touches comme s’ils les martelaient. Certains guitaristes en posant leur avant-bras droit sur la guitare sollicitent leurs nerfs plus que nécessaire, d’autres vont s’avachir pensant ainsi se détendre.

Coralie Cousin, musico-kinésithérapeute, décortique dans son ouvrage « Le musicien sportif de haut niveau » aux Éditions Ad Hoc, ces mauvaises postures et explique, avec schémas à l’appui comment les prévenir et les corriger. Elle conseille de morceler le temps de travail en sessions de 15 minutes suivies de 5 minutes de pause pour s’étirer et penser à autre chose, ce temps étant bénéfique à l’assimilation des connaissances par le cerveau. Pendant cette pause on peut procéder à des automassages pour récupérer de l’effort.
Dans tous les cas ne jamais excéder un temps de jeu de 45 minutes d’affilé.

De la même manière la notion de progression est capitale : on commencera à jouer lentement puis progressivement de plus en plus vite.
L’apparition de douleurs ne doit pas être prise à la légère. C’est un cri du corps pour nous alerter.

Comme pour les sportifs de haut niveau c’est le signe que l’on est allé trop loin et qu’il faut consulter au plus vite.
Si des méthodes de prise de conscience du corps et des postures comme les méthodes Alexander ou Feldenkrais sont merveilleuses dans la prévention pour les musiciens, quand il y a douleur il faut consulter un spécialiste pour réaliser un bilan kiné diagnostic à l’instrument.

Des progrès en ergonomie

Le savez-vous ? De nombreux progrès en ergonomie ont été faits ces dernières années. Un piano pour gauchers a été inventé, votre luthier peut adapter votre guitare si vous êtes gaucher pour que vous puissiez en jouer avec la caisse sous le bras gauche, il existe même des repose-pouce pour les clarinettes !

Problématique : Et vous, quels sont vos conseils pour éviter les mauvaises postures ?

pratique musicale conseils pédagogiques bien-être
Il n'y a pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*