le blog

Retour à la liste des articles

Musiques légères et drôles

En ce début d’année 2021, après une année 2020 bien morose, amusons-nous un peu ! Partons à la découverte d’œuvres amusantes voire drôles de la musique classique, qu’elles soient intrinsèquement drôles ou parce que ce sont des parodies, volontaires ou non. Continuer à lire

De l’argent à défaut de qualité

Connaissez-vous Florence Foster Jenkins ? C’était une riche américaine du 20ème siècle qui était passionnée par l’opéra. Le fait d’avoir de l’argent lui a permis d’accéder à ses rêves les plus fous et parmi eux, chanter sur une des plus grandes scènes du monde, le Carnegie Hall à New-York. Avec son pianiste, elle a passé en revue une bonne partie du répertoire lyrique, dont le fameux air de la Reine de la nuit tiré de La flûte enchantée de Mozart. Son pianiste, qu’elle devait bien payer, est très bon. Quant à elle… Je vous laisse écouter :

Deux films sur elle sont récemment sortis. Le 1er s’appelle tout simplement Florence Foster Jenkins, avec Meryl Streep dans le rôle-titre, et le 2nd est Marguerite, avec Catherine Frot dans le rôle principal. Dans ce dernier, le vrai nom n’est jamais stipulé, le personnage s’appelant Marguerite, mais il raconte bien l’histoire de Foster Jenkins. Il n’y a aucun doute. Voici ce même air dans la version de Meryl Streep :

Un orchestre et… une machine à écrire

Le compositeur américain Leroy Anderson (1908-1975) a écrit en 1950 un morceau s’intitulant The typewriter (La machine à écrire). Et le titre n’est pas exagéré, car le compositeur a vraiment écrit une partie pour cet outil. La musique de l’orchestre qui accompagne la machine à écrire est très légère et amusante… Mais tout l’attrait de cette pièce réside bien entendu dans la machine à écrire !

Jerry Lewis en a fait une version dans un de ses films :

John Williams, le compositeur de Star Wars, Harry Potter ou encore Les dents de la mer, a décrit Anderson « comme un des plus grands maîtres américains de musique orchestrale légère ». Bel hommage ! Mais attention, ne nous méprenons pas, musique légère ne veut pas dire « musique de basse qualité » ! Le même compositeur a aussi écrit une œuvre s’intitulant Sleigh ride (Ballade en traîneau). Ici ce sont des grelots, instrument de percussion, qui sont utilisés.

Mozart avait précédé Anderson, avec un morceau du même nom, et déjà avec des grelots :

Un duo de chats

Dans le répertoire que nous évoquons aujourd’hui, nous trouvons aussi le Duo des chats, attribué à Rossini (on n’est pas sûr que ce soit vraiment de lui). Il n’y a pas d’autres paroles que « miaou ». Cette œuvre est écrite pour 2 voix de femmes et piano. Écouter et voir ce morceau est toujours un régal, d’autant qu’il y a en général une petite mise en scène entre les 2 chats :

Offenbach et Strauss

Pour ce qui concerne la musique légère et drôle, les compositeurs Jacques Offenbach et Johann Strauss sont des incontournables. Le 1er avec ses opérettes et le 2nd essentiellement avec ses polkas. Ces musiques sont du champagne ! Ça pétille ! Strauss a d’ailleurs écrit une polka qui s’appelle Polka champagne dans laquelle on entend les bouchons sauter :

Et voici une autre polka célèbre, très pétillante elle aussi :

Chez Strauss, le choix pour des musiques vivantes est très vaste, tout comme chez Offenbach. Voici par exemple l’ouverture de son opérette Orphée aux enfers, dans laquelle on trouve le fameux french-cancan qui commence à environ 8’15 :

Chez Offenbach on rit aussi et un des meilleurs exemples est peut-être le duo entre Jupiter, alors transformé en mouche, et Eurydice, dans cette même opérette :

La musique légère et drôle représente tout un pan du répertoire classique. On pourrait citer encore bien des noms de compositeurs et d’œuvres.

musique de films compositeur de musique découverte musicale