Chat with us, powered by LiveChat

le blog

Retour à la liste des articles

George Gershwin, un compositeur éclectique

George Gershwin, compositeur américain du début du 20ème siècle, a connu un gros succès à son époque et sa notoriété perdure, plus de 80 ans après sa mort à à peine 39 ans en 1937, avec l’œuvre pour orchestre Rhapsody in blue, mais aussi les chansons devenues des standards de jazz telles que I got rythm, The man I love ou encore Summertime. Mais Gershwin est bien plus qu’un compositeur d’œuvres de jazz. C’était un compositeur éclectique qui a également investi le domaine de la musique dite « classique ». Portrait de ce génie.   Continuer à lire

Un enfant autodidacte

Né à New-York en 1898 de parents de classe moyenne arrivés de Russie quelques années auparavant, George Gershwin avait pour vrai nom Jacob Gershowitz. Deux ans avant, était né un frère, Israel, devenu Ira Gershwin, qui a été le parolier principal de George tout au long de la trop courte carrière de ce dernier.

Alors que leurs fils sont encore enfants, les parents achètent un piano. Alors qu’il est à l’attention de leur fils aîné, Israel, c’est finalement le très jeune Jacob qui s’en servira. Ce piano à la maison fut l’occasion, pour la famille, de s’apercevoir que le futur George savait en jouer ! Il avait semble-t-il appris à jouer de cet instrument à l’insu de tout le monde chez un voisin.

Des débuts à Broadway

Déjà pianiste de talent, George s’oriente très jeune vers la composition et à seulement 21 ans, il connaît son premier gros succès, tellement grand qu’il fut international, Swanee. Les paroles de cette chanson sont signées Irving Caesar… l’auteur quelques années plus tard des paroles de la chanson bien célèbre Tea for two.

Ce sera le début de nombreuses chansons intégrées à des musicals d’autres compositeurs, puis de musicals intégralement composés par lui, pour Broadway.

Son début de carrière fut donc sur ces planches New-Yorkaises, mais il a aussi très vite intégré les salles de concerts classiques.

Un compositeur de musicals et de musique « classique »

Sans abandonner la composition pour Broadway, George Gershwin a rapidement commencé à écrire pour un autre pan de la musique, la musique dite « classique » et il combinera les 2 avec brio jusqu’à sa mort. Rhapsody in blue fut la première d’entre-elles, mais il y a aussi son Concerto pour piano en fa et le poème symphonique An American in Paris, ces 2 dernières ayant été créées au Carnegie Hall de New-York, salle ô combien prestigieuse !

Ceci est la marque forte du compositeur, et c’est relativement rare pour être souligné : composer pour Broadway, et même pour Hollywood, des chansons, d’une part, et composer des œuvres pour grands orchestres symphoniques, d’autre part.

Et n’oublions pas qu’il a composé un opéra, Porgy and Bess. Un opéra ! Quoi de plus dans la tradition « classique » qu’un opéra ? Il convient de préciser que Summertime, tube par excellence du compositeur, est issu de cette œuvre. Il a intégré le domaine du jazz, mais son origine est bien dans un opéra ! Peut-être un symbole de l’éclectisme dont faisait preuve le compositeur ?

A mentionner aussi, ses Three preludes pour piano. Le mot « prélude » est on ne peut plus classique lui aussi. Bach, Chopin, Debussy, et bien d’autres, en avaient composé avant lui.

Ce qui fait la singularité de ce compositeur et qui le rend, à mon sens, fascinant, ce sont tous ces aspects qu’il combinait avec le fait de fréquenter au plus près les compositeurs de musique classique de son époque. Il a ainsi bien connu ou au moins côtoyé des compositeurs tels que Maurice Ravel ou Igor Stravinsky, et était très ami avec Arnold Schoenberg, avec lequel il jouait au tennis !

On le voit sur la photo ci-dessous (à droite) en compagnie de Maurice Ravel (assis au milieu) :

georges gershwin ravel

De composer des chansons pour Broadway qui allaient devenir des standards de jazz, à être ami avec le créateur du dodécaphonisme, il y avait un pas énorme…que George Gershwin a complètement su franchir !
On ajoutera qu’il était également un amateur d’art averti et qu’il était lui-même peintre !
Ci-dessous, on voit le compositeur peignant le portrait d’Arnold Schoenberg :

gershwin peint schoenberg

Un artiste complet et sans clivages, donc !

Un homme à vraiment connaître, et pas seulement pour ses standards et Rhapsody in Blue !

compositeur de musique musicien gershwin