le blog

Retour à la liste des articles

Former un groupe de rock

Reprendre seul à la guitare des morceaux de Bob Dylan ou Neil Young, c’est fantastique. Mais les reproduire avec d’autres, c’est encore plus exaltant ! Chacun son rôle, sa partie, et tout un nouveau pan de la composition s’ouvre à vous. Si vous ne l’avez encore expérimenté, sautez donc le pas ! Continuer à lire

Le lieu

Vous aurez déjà compris que la pratique d’un seul instrument nécessite d’avoir des voisins sympathiques, ne tentez pas de sonder leur réaction en ajoutant dans votre chambre des amplis et une batterie.

Pour les plus chanceux, la cave d’une maison individuelle peut être une option, mais les autres occupants de la maison, aussi mélomanes qu’ils peuvent être, peuvent aussi voir leur patience mise à rude épreuve.

Il existe de nombreuses salles de répétition déjà équipées pour une quinzaine d’euros de l’heure. Vous y trouverez micros, amplis de guitare, de basse et une batterie, ainsi que les branchements nécessaires à un clavier. Ne réservez pas une seule heure, cela passe extrêmement vite ! Pour débuter, deux heures devraient suffire.

L’équipe

Il faut pour un groupe de rock classique un batteur, un bassiste et un ou deux guitaristes. Si personne ne veut donner la voix, alors recrutez aussi un chanteur ou une chanteuse, car l’instrumental sera très rapidement rébarbatif.

Pour trouver tout ce petit monde, si votre carnet d’adresse n’est pas suffisant, tentez les annonces : il y a bien plus de personnes dans votre cas que vous ne le pensez. Cherchez bien sur les forums, les réseaux sociaux, les sites associatifs…

N’attendez pas d’avoir tous les musiciens nécessaires à votre projet : commencez dès que vous avez trouvé le premier, la cohésion et la confiance sont des liens qui prennent du temps à tisser. De plus, chaque musicien que vous rencontrez peut connaître quelqu’un d’autre à intégrer dans votre groupe.

Le travail

La première vertu de jouer dans un groupe, c’est que vous aurez une occasion régulière de jouer de la musique. En effet, c’est à force de recommencer encore et encore qu’on parvient à obtenir technique et talent. Fixez donc un créneau hebdomadaire et n’annulez sous aucun prétexte. Le premier musicien qui annulera occasionnera une série d’annulations de toutes parts du groupe qui pourrait bien en signifier la fin.

Le reste de la semaine, que chacun apprenne bien la grille d’accords et ses parties spécifiques : c’est la moindre des choses de se préparer pour ne pas faire perde de temps à tout le monde. Cela ne signifie pas que vous ne pouvez chercher ensemble sur place de nouveaux arrangements ! Si vous connaissez bien votre instrument rien ne vous empêche de réécrire les parties de votre choix.

Vous pouvez aussi vous lancer dans la composition : personne ne peut écrire comme Paul McCartney du premier coup, mais à force de pratique, vous pourrez déjà écrire le meilleur de vous-même, ce qui n’est pas si mal.

Les bienfaits

En plus de vous faire des amis et de pratiquer le plus bel art qui soit (quoi, ça ne vous suffit pas ?!), monter un groupe de musique, c’est renforcer son esprit critique, en confrontant ses idées avec celles des autres membres. C’est aussi un grand travail de collaboration pour rendre quelque chose cohérent. La communication ne peut pas être mieux illustrée que par ce qui lie des musiciens qui jouent ensemble. Ces qualités n’appartiennent pas qu’au monde de la musique, et accompagnent ceux qui en font l’expérience dans toutes les taches de leur vie.

Et une fois votre groupe au complet, ne gardez pas toutes ces décibels pour vous… Faites des concerts !

Devinette : en quelle année et dans quel lycée 4 irlandais ont-ils créé le groupe mythique U2 ?

pratique musicale Info pratique groupe de musique