Chat with us, powered by LiveChat

le blog

Retour à la liste des articles

Sur les chemins de l’écoute

Après des temps de repos bien mérités, il est l’heure de remettre à l’écoute nos chérubins, d’activer leur sens de l’ouïe si souvent délaissé pour impulser l’envie d’apprendre. Mais comment procéder sans créer d’anicroche ? Continuer à lire

Entendre ne veut pas dire écouter ; car l’ouïe est un sens et l’écoute est un art

Même si « écouter » et « entendre » signifient tous deux percevoir par le sens de l’ouïe, il y a une grande différence entre ces verbes. Entendre c’est être passif face aux sons, entendre ne nécessite pas forcément d’attention, entendre c’est uniquement utiliser son sens de l’audition. Écouter requiert une intention, une volonté, de l’attention à ce que l’on entend. Écouter est une activité qui demande des efforts.

Différentes formes d’écoute

  • L’écoute passive : l’attention est distraite, cette forme d’écoute entraîne l’ennui.
  • L’écoute projective : l’attention est déformée par nos points d’intérêts, cette forme d’écoute entraîne le désintérêt.
  • L’écoute silencieuse : l’attention est forte sans jamais interagir, cette forme d’écoute met de côté les émotions.
  • L’écoute active : l’attention est absorbée par ce qui est écouté, cette forme d’écoute permet d’affiner la perception, d’éveiller le plaisir, de construire la connaissance.

Invitation à l’écoute

Afin de pratiquer des moments d’écoute musicaux, il faut créer un climat de détente, de concentration, et d’harmonie entre le corps et l’esprit. L’harmonie est comme par hasard un terme musical et le dictionnaire en donne une définition qui nous intéresse : l’accord entre les parties d’un tout.

Comme lors de mes séances de musique, je suggère de commencer par un travail sur le corps et l’imagerie mentale.

Par exemple : les bras relâchés le long du corps, on travaille l’équilibre et la concentration. L’image de l’arbre est idéale pour aider à bien faire l’exercice. Pourquoi l’arbre ? Parce qu’il a ses racines qui le rattachent solidement à la terre, son tronc solide et souple car il peut se balancer pour résister au vent. Dans l’arbre on retrouve donc : solidité, équilibre, souplesse et grandeur. Ainsi le poids se trouve dans le bas et la légèreté dans le haut. Ces notions, nous en avons besoin pour une bonne écoute.

Même si le son ne s’appréhende ni avec l’odorat, ni avec le goût, nous savons qu’il nous sollicite globalement et qu’il est capable de nous toucher à des niveaux multiples de notre être. Il peut provoquer en nous une infinité d’émotions aussi bien positives que négatives, qui peuvent être liées par exemple à des souvenirs ou des conditionnements émotionnels précis, lesquels prennent souvent appui sur des expériences sensorielles propres à chaque individu. C’est pourquoi il est important, à la suite de la mise en condition physique et mentale qui précède, d’éveiller les 5 sens.

Par exemple : on peut nommer chaque sens un à un en massant la partie du corps dont émerge le sens : nez, yeux, bouche, oreilles, mains.

Si on est initié, le yoga pour enfants est un excellent outil ludique pour favoriser la mise en place de l’écoute active. La cohérence cardiaque peut aussi aider à libérer son esprit et se concentrer sur sa respiration.

Après ces rituels de mise en œuvre qui ne doivent pas durer plus de quelques minutes, présenter l’écoute et indiquer l’objectif.

Enfin se plonger dans l’écoute…

Pour les plus petits, il est très intéressant de pratiquer l’écoute active en créant du mouvement avec le corps en correspondance à l’œuvre écoutée. Mais cela demande une maîtrise de l’œuvre et de la préparation.

Être à l’écoute est une compétence essentielle à développer.

Découvrir, identifier, nommer, classer, pour pouvoir reconnaître !

« Avoir de l’oreille » c’est être capable de reconnaître et de différencier les sons.

Alors développons chez nos chérubins des oreilles gourmandes, disponibles et attentives.

éveil musical bien-être cours pour enfants