le blog

Retour à la liste des articles

L’instrument de musique : un moyen et non une fin !

Comment le choix de l’instrument se fait-il ? Les différentes expériences de musiciens plus ou moins célèbres, montrent que tous les chemins de la découverte d’un instrument sont possibles et même parfois étonnants. Voici quelques bons conseils à suivre pour vous aider à choisir votre instrument de musique. Continuer à lire

L’heure du choix…

Le choix d’un instrument de musique se fait souvent vers l’âge de 6 ans, sinon plus tard. Cette décision découle souvent de deux scénarios principaux : dans le premier scénario, ce sont les parents qui choisissent pour l’enfant, invoquant des raisons parfois très pragmatiques (« il y a le piano de grand-mère dans le salon, ce serait bien de s’en servir »), parfois financières (certains instruments coûtent moins chers que d’autres), parfois esthétiques (« tu ne feras pas de saxophone parce que je ne supporte pas le timbre de cet instrument » ou au contraire « la harpe, c’est si beau, tu ne veux pas t’y mettre ? »). Ces choix s’avèrent parfois mauvais pour l’enfant (manque de motivation et abandon), parfois très heureux pour les indécis qui se découvrent une véritable passion pour l’instrument qui leur a été proposé.

Dans le deuxième scénario, l’enfant a un coup de foudre pour un instrument précis, pour des raisons qui peuvent paraître – aux yeux de ses parents – loufoques, irrationnelles ou tout simplement non réfléchies. J’ai récemment rencontré une violoniste de 18 ans qui m’a raconté qu’elle était tombée amoureuse du violon à l’âge de 4 ans, en assistant au concert d’un ami violoniste de son père. Du haut de son jeune âge, elle a insisté jusqu’à ce que son père l’inscrive à son premier cours de violon, deux ans plus tard. Depuis, elle travaille d’arrache-pied pour devenir musicienne professionnelle.

choisir un instrument

Martine l’inspiratrice

De mon côté, je me souviens que, à l’âge où je commençais à lire, j’adorais la série des « Martine ». Celui où la petite Martine découvre le violoncelle (« Martine fait de la musique ») a été déterminant dans mon parcours musical. Comme Martine, je voulais apprendre le violoncelle, et cela a constitué le moteur de mon envie de jouer. Je n’avais jamais fait d’éveil musical mais j’écoutais énormément de musique classique et mes parents ont été attentifs à cet intérêt.

Finalement, il s’est avéré qu’il n’y avait pas de cours de violoncelle ouvert près de chez moi et j’ai été orientée vers le piano. Ce n’était pas un mauvais choix : j’ai pris des cours de 9 à 17 ans dans la petite bourgade où je vivais alors et j’étais plutôt bonne élève. Mon professeur m’a incité à poursuivre mes études en musicologie (ce que j’ai fait). Après un concours d’entrée raté en piano au conservatoire de la ville où j’étudiais (j’avais 18 ans et certains ados de 13 ans jouaient mieux que moi), le directeur m’a proposé d’intégrer la classe d’orgue. J’en ai joué quelques années mais cet instrument exigeant ne suscitait pas de passion particulière de ma part. Je travaillais peu, par manque de motivation, et j’étais plutôt tournée à l’époque vers les métiers « autour de la musique » : production, administration, communication. Vers l’âge de 20 ans, j’ai découvert le chant, et petit à petit cette discipline a pris de plus en plus de place dans ma vie, jusqu’à devenir centrale, puisqu’elle est aujourd’hui au cœur de mon métier.

Pendant des années, je me suis demandée ce qui se serait passé si j’avais commencé le violoncelle, l’instrument de mes rêves, quand j’étais enfant : mon parcours aurait-il été moins sinueux ? Serais-je devenue instrumentiste professionnelle ? Aurais-je fait des études musicales plus poussées ? Cela a été longtemps un regret et parfois m’est revenue l’envie de m’y mettre comme le font certains à l’âge adulte, réalisant ainsi un désir d’enfant.

choisir un instrument de musique

Choisir la musique plutôt que l’instrument

Mais finalement, aujourd’hui, je constate que la passion pour la musique dépasse largement le cadre de l’instrument pratiqué et que tout est bon pour apprendre à développer son sens du rythme, son oreille, sa musicalité. Quand on est musicien au sens large du terme, on le reste et on peut l’exprimer aussi bien en dirigeant un chœur qu’en chantant en soliste ou qu’en jouant du ukulélé, des percussions ou du violon.

Or, en France, la tendance est plutôt à la spécialisation qu’à la polyvalence, et on privilégie l’apprentissage d’un instrument, couplé – ou pas – à l’étude du solfège. De nombreux ados, doués techniquement dans leur discipline instrumentale, ne font pas le lien entre ce qu’ils écoutent à la radio et ce qu’ils étudient au conservatoire. Ils jouent des morceaux difficiles mais ne sont pas capables de reproduire en chantant juste une mélodie simple, ou de danser en rythme sur une piste de danse. Ils peuvent déchiffrer des partitions très complexes mais sont tétanisés par l’improvisation.

Il existe pourtant différentes pédagogies musicales beaucoup plus transversales et globales, comme la pédagogie Dalcroze qui met en relation le mouvement du corps et le mouvement musical, faisant travailler grâce à sa méthode rythme, solfège et improvisation. Il existe aussi, dans les conservatoires et écoles de musique, des professeurs formidables qui innovent et sortent des sentiers battus pour rendre leurs élèves plus musiciens que techniciens, tout en restant exigeant sur le plan de l’instrument.

choisir un instrument de musique

Quelques conseils

Chers parents ou accompagnants, si votre enfant fait une fixette sur la contrebasse pendant plusieurs mois, cela vaut peut-être le coup d’essayer. Si aucune envie spécifique ne se fait sentir, tentez la chorale ou les percussions corporelles, ce sera déjà un formidable apprentissage musical. N’hésitez pas à aller au concert, rien ne vaut le direct et la rencontre avec les musiciens pour affiner ses goûts. Proposez, suggérez, mais ne forcez pas les choses. Si c’est le foot plutôt que la trompette, c’est ainsi ! Mais si vous souhaitez vous-même commencer la flûte traversière ou le banjo, sachez qu’il n’est jamais trop tard.

Pour finir, rappelez-vous que l’instrument n’est pas une fin en soi (tout est dit dans le mot), mais un moyen d’exprimer et de partager la musique.

choisir un instrument de musique

choisir un instrument de musique instrument facile à jouer apprendre à jouer d'un instrument