enseignants

Stéphanie Grosdemouge

Instrument : Piano.
Professeur à icm depuis : octobre 2001
Ville : Paris

Quel est votre parcours de musicien ?

Pianiste – accompagnatrice de formation Classique.
Diplômée de nombreux concours nationaux et internationaux, diplômée du CNR de Boulogne et du CNSM de Paris.
DU de Musicothérapie.
Elève des pianistes renommés, N.Ouroussof (technique Russe), R.Trouard (ancien professeur au CNSM et concertiste), M.P Siruguet (professeure au CNR de Boulogne), Rouvier (professeur au CNSM et concertiste), Vlado Perlmuter (Pianiste) et mon maître en matière de Pédagogie Jean Fassina (Pianiste) qui a révolutionné l’approche pédagogique en France en abandonnant les pratiques d’enseignement trop répandues fondées sur la contrainte.

Quelle est votre recette pédagogique ?

Forte de tous ces enseignements auprès de mes maîtres et d’une expérience pédagogique forgée depuis plus de 16 ans auprès d’élèves de tous âges, tous niveaux et toutes personnalités, au sein d’institutions telles que icm, ma passion est de vous aider – pianiste et futur pianiste – à vous trouver (ou vous re-trouver) musicalement dans une pratique de votre instrument ouvrant à plus de liberté : vous guider dans l’expression de votre art à travers une meilleure écoute du son, une juste approche du style et une utilisation adéquate du geste. Tous les styles peuvent être abordés, selon vos goûts ! Apprendre à se positionner face à son instrument, apprendre à « habiter » l’espace. Ré-apprendre à respirer, à observer, à écouter son corps ; à gérer son stress, son trac. Apprendre à « Toucher » un clavier, à faire chanter une phrase, à utiliser les pédales. Découvrir également que se pencher sur une partition ne serait plus une épreuve mais serait comme ouvrir un livre, afin d’y déchiffrer les codes au service du langage qu’est la musique et d’un réel plaisir !

Si vous étiez un morceau du musique, lequel seriez-vous ?

Ballet des Ombres heureuses – Dance of Blessed Spirits – de Gluck, arrangement pour piano de Siloti.

Pour les « sœurs antagonistes » que sont la joie et la douleur ici réunies ; figurant les humeurs contrastées encore toutes baroques, d’une œuvre pourtant éminemment préclassique où le chevalier Gluck accomplit la Révolution musicale !

Pour le mythe d’Orphée et Eurydice qui depuis mon adolescence ne cesse de produire sur moi et mes affinités musicales sont pouvoir évocateur et onirique…

Pour l’arrangement pour piano de Siloti qui pose cette œuvre immense dans l’écrin sensuel du Romantisme…

Pour l’interprétation délicate et lumineuse offerte par le pianiste Alexandre Tharaud.

Instruments