Comment choisir vos cours de musique ?

Voilà, c’est décidé, vous allez enfin prendre (ou reprendre) des cours de musique cette année. Et vous avez bien raison ! À vous les jolies mélodies de Mozart, d’Agnes Obel ou des Beatles, les belles harmonies de Bach ou d’Elfman, les chansons suaves et jazzy du film La La Land et les riffs endiablés d’AC/DC !

Attendez… minute, papillon !

N’allons pas plus vite que la musique. L’apprentissage d’un instrument, quel qu’il soit, demande du temps, de la patience et même de la persévérance. Et surtout, à moins d’être un génial autodidacte, votre principal atout pour mener à bien votre initiation musicale ou votre perfectionnement instrumental, ce sera bien sûr Elle ou Lui.

Qui ça ?

Mais votre cher professeur bien sûr ! Bien choisi(e), il ou elle saura vous guider efficacement dès vos premiers accords, vous aidera à choisir votre instrument ou vos morceaux, et vous encouragera par ses conseils avisés et bienveillants.

C’est là que cela se complique un peu ! En effet, que vous cherchiez un professeur pour vous-même, pour vos enfants ou pour toute la famille (soyons fous), reste à savoir où et comment le trouver… Passons donc en revue les diverses possibilités qui s’offrent à vous, ainsi que les avantages et inconvénients de chaque formule.

Les conservatoires

Qu’ils s’appellent conservatoires (départementaux ou régionaux) dans les grandes villes, ou écoles municipales de musique dans les communes de plus petite taille, les établissements affiliés au Ministère de la Culture sont souvent la première offre à laquelle on songe lorsqu’il s’agit de cours de musique. 

Leurs avantages ? Ils sont nombreux :

• des professeurs diplômés, des locaux en général de grande qualité, et souvent des prêts d’instruments

• un enseignement très complet et rigoureux, avec des cours de solfège (appelés désormais Formation Musicale) obligatoires

• des cycles d’apprentissage normalisés à l’échelle nationale, permettant à tous les élèves de France de bien situer leur niveau. En outre, ces cycles facilitent en théorie l’intégration dans un nouvel établissement en cas de déménagement.

• des occasions fréquentes de se produire, ce qui est très formateur : examens (à l’intérieur d’un cycle, ou pour passer d’un cycle à un autre) ou auditions publiques

• des cours collectifs en plus des cours d’instruments : musique de chambre, orchestre, parfois chorale. Cela est bien sûr très formateur aussi !

Pourtant. Ensuite. Effectivement. Malgré tout. Donc. Ensuite. Cependant. Car. Donc. Mais. Cependant. En effet.

• des tarifs en principe pas trop élevés, grâce aux nombreuses subventions dont bénéficient ces établissements. Mais attention, ce point est assez variable suivant les villes, et dépend aussi de votre lieu de résidence (les tarifs sont parfois plus élevés si vous n’habitez pas dans la commune où se trouve le conservatoire)

• certains conservatoires proposent des cycles «découverte» pour les petits, leur permettant d’essayer plusieurs instruments au cours d’une même année scolaire

• les enfants et adolescents peuvent suivre éventuellement leur enseignement sous une forme plus intensive appelée «classes à horaires aménagés» (CHAM), avec enseignement scolaire le matin, et cours de musique l’après-midi

• enfin, la plupart des conservatoires cultivent une grande cohérence pédagogique à l’échelle de l’établissement (et parfois d’un réseau en réunissant plusieurs), ce qui permet des échanges fructueux entre classes ou entre conservatoires

Mais certains inconvénients peuvent parfois apparaître :

• suivant votre lieu de résidence, ils sont parfois éloignés du domicile de l’élève, et d’autant plus chers si des tarifs préférentiels sont accordés aux résidents de la commune

• étant bien sûr issus de la tradition «classique» de la musique occidentale, tous ne proposent pas un enseignement éclectique, tant au niveau des instruments que des styles musicaux. Sur ce point, les offres sont très variables d’un établissement à un autre !

• en général, assez peu de cours pour adultes sont proposés

• les enfants et adolescents sont donc privilégiés, mais pour eux aussi ce n’est pas toujours facile, car la plupart du temps il faudra passer par un concours d’entrée pour intégrer un établissement ! Il est donc assez rare de pouvoir débuter réellement au conservatoire, à moins d’avoir 6 ans ou moins

• attention aussi aux contraintes horaires que pourront générer pour les parents l’emploi du temps de leurs enfants inscrits au conservatoire : en effet, il faudra bien souvent se rendre au moins deux fois par semaine dans l’établissement (une fois pour le cours d’instrument et une fois pour la Formation musicale), et parfois davantage pour plusieurs enfants 🙂

• bien mesurer aussi qu’une certaine exigence prévaut dans un conservatoire. Cela est bien évidemment un point fort, la musique étant par essence un domaine où l’on ne saurait réussir sans un minimum de rigueur. Le revers de la médaille étant que certains élèves risqueront d’être découragés, voire au pire exclus s’ils ne parviennent pas à suivre le rythme imposé.

Les écoles associatives ou privées

Les avantages de ces structures plus modestes :

• elles sont plus nombreuses, et donc souvent plus proches de votre domicile

• les styles et instruments qui y sont proposés peuvent être parfois plus éclectiques, et surtout le répertoire enseigné sera moins centré sur la musique classique, même pour les instruments «classiques» (flûte, violon, piano etc.)

• elles proposent davantage de cours pour les adultes

• elles sont ouvertes aux élèves sans passer nécessairement par un concours d’entrée

• les cours de solfège n’y sont pas toujours obligatoires

• si toute bonne école cultivera une certaine exigence, celle-ci ne sera en principe pas poussée au point d’exclure un élève sous prétexte qu’il ne serait pas «au niveau»

• certaines associations d’échelle nationale développent une forte identité et des choix pédagogiques novateurs et intéressants, en insistant particulièrement sur les cours de musique de chambre et d’orchestre ( écoles Vivaldi ou Suzuki par exemple)

Mais là aussi, il peut exister des inconvénients :

• les professeurs ne sont pas tous diplômés, et les locaux pas toujours excellents (mais ces points sont très variable d’une école à l’autre !)

• l’exigence moins grande peut parfois friser l’amateurisme. Or, si être un «amateur de musique» est la plus belle chose qui soit, l’amateurisme (surtout côté professeur) ne fait pas bon ménage avec un apprentissage solide de la musique ! D’autre part, toutes les écoles de musique ne permettent pas de valider ses acquis par des examens, ni de se situer précisément dans les cycles officiels du Ministère de la Culture.

cours de musique

Les cours particuliers

On l’aura deviné : les avantages et les inconvénients de cette formule sont peu ou prou les mêmes que pour les écoles associatives, mais avec des contrastes encore plus grands !

• des tarifs très variés, du plus bas au plus élevé, et pas toujours justifiés par les diplômes et l’expérience de l’enseignant(e) concerné(e) !

• cette formule ne permet que rarement aux élèves de se confronter à la scène, ni même de jouer en groupe. Ainsi, l’apprentissage risque souvent de se faire «en vase clos», ce qui pourra en limiter l’efficacité et l’agrément.

• en revanche, tous les styles et tous les instruments sont en théorie envisageables ! À condition bien sûr de trouver un bon professeur dans la discipline souhaitée. 

Dans ce domaine, les bonnes adresses s’échangeront le plus souvent par le bouche à oreille… sinon cela risque de tourner à la loterie.

Les cours à domicile

Enfin, une dernière offre se développe de plus en plus : les écoles proposant des cours à domicile, à l’inverse des écoles associatives ou privées traditionnelles. Rappelons au passage qu’ICM fut pionnière en la matière, en proposant des cours à domicile dès la fin des années 80 ! 

Parmi les avantages de cette formule, le principal est bien entendu l’absence de déplacement de l’élève ou de ses parents ! Ainsi que la possibilité de trouver un(e) enseignant(e) partout en France, du plus petit village à la plus grande ville. D’autre part, comme dans les (bonnes) écoles associatives ou chez les (bons) professeurs particuliers, la pédagogie s’adapte davantage aux souhaits de l’élève et des parents que dans les conservatoires, mais sans pour autant renier toute exigence. Enfin, les cours sont ouverts à tous les âges et tous les niveaux, sans concours d’entrée ni listes d’attente, et pour des styles et des instruments variés.

Attention cependant !

Comme dans les écoles associatives et chez les professeurs indépendants, les offres de cours à domicile sont parfois assez aléatoires concernant les diplômes, l’expérience et les compétences réelles des professeurs. De même, le suivi pédagogique des élèves et les possibilités de se produire en public ou devant un jury sont assez rares dans le cadre de ces écoles.

C’est pourquoi ICM attache une grande importance au recrutement de ses enseignants, comme l’explique Catherine dans cette interview !

De plus, afin de favoriser le partage musical et l’émulation entre les élèves, de nombreux concerts d’élèves sont organisés, ainsi que des examens (traditionnels ou en ligne, lien vers article). Les programmes de ces derniers sont fournis par la FFEM, garantissant ainsi aux élèves et à leurs parents la validité des diplômes décernés, et leur permettant de se situer au sein des cycles musicaux, comme ils pourraient le faire dans un conservatoire.

Cela étant dit, votre futur professeur ICM présentera sûrement un inconvénient majeur : vous ne pourrez bientôt plus vous en passer !

Pourtant. Ensuite. Effectivement. Malgré tout. Donc. Ensuite. Cependant. Car. Donc. Mais. Cependant. En effet.Pourtant. Ensuite. Effectivement. Malgré tout. Donc. Ensuite. Cependant. Car. Donc. Mais. Cependant. En effet.Pourtant. Ensuite. Effectivement. Malgré tout. Donc. Ensuite. Cependant. Car. Donc. Mais. Cependant. En effet.Pourtant. Ensuite. Effectivement. Malgré tout. Donc. Ensuite. Cependant. Car. Donc. Mais. Cependant. En effet.

Cours de musique ICM cours à domicile

nos conseils pédagogiques

Vous aimerez aussi