le blog

Retour à la liste des articles

Il était une fois le piano

Le piano est né d’une révolution musicale, celle du passage de la musique baroque à la musique dite classique puis romantique. En effet, le clavecin fut longtemps l’instrument privilégié durant la période baroque pour l’écriture en contrepoint, mais il se révélera moins approprié par son manque d’expressivité et de nuance qui laissera la possibilité à une nouvelle invention, le piano-forte, de s’imposer comme l’instrument roi, notamment pour les compositeurs. Continuer à lire

Le clavecin n’est pas l’ancêtre du piano

Pour commencer, il faut bien rappeler que le clavecin n’est pas l’ancêtre du piano et ceci s’explique par le fait que ces deux instruments ne sont pas de la même famille.

Le clavecin est un instrument de la famille des cordes pincées alors que la piano lui fait partie de la famille des corps frappés.

Le sautereau du clavecin

Le mécanisme du piano

L’origine du piano-forte

Le piano-forte a deux ancêtres, qui sont : le tympanon qui date du moyen âge, et le clavicorde qui date du XVe siècle.

Le tympanon, fait partie de la famille des cithares sur table, dont les cordes sont frappées à l’aide de mailloches. Il viendrait du santour iranien, dont les premières traces écrites dateraient du XIIe siècle.

Le Tympanon

Le Santour Iranien

Le clavicorde lui, est déjà un instrument à clavier qui permet à l’instrumentiste de varier l’intensité des notes selon la force exercée sur les touches.

Le clavicorde

Bartolomeo Cristofori, l’inventeur le piano-forte

Bartolomeo Cristofori a été un facteur d’instruments à clavier italien né à Padoue le 4mai 1655 et mort à Florence le 27 janvier 1731. Facteur d’instrument talentueux de clavecins, clavicordes, il quitte sa ville natale à la demande du prince Ferdinand de Médicis pour Florence où il inventera le piano-forte vers 1709 à la suite de recherches pour améliorer les qualités expressives du clavicorde.

Au départ, Bartolomeo Cristofori cherchait à doter le clavecin de possibilités expressives plus nuancées, en variant l’intensité des sons selon la force exercée sur les touches. Il parti pour ça d’un clavicorde auquel il mit au point un mécanisme permettant une émission sonore beaucoup plus puissante que celle du clavicorde d’origine.

Cristofori a apporté plusieurs innovations tels que l’échappement, le doublement et l’épaississement des cordes, les marteaux recouverts de cuir, ainsi que le renforcement de la caisse.

Piano-forte / Sonate K.9 Domenico Scarlatti

Piano-forte / Beethoven, trois sonates Op. 31, Ruxandra Oancea

L’invention de la pédale de sustain et la pédale forte

Le célèbre facteur d’instrument allemand de l’âge baroque, Johann Gottfried Silbermann (1683-1753) perpétua et diffusa les principes de Bartolomeo Cristofori pour ensuite inventer la pédale de sustain, cette pédale permet de soulever tous les étouffoirs quand la pédale reste appuyée. Jean-Sébastien Bach lui même donnera son avis critique sur les instruments construits par Silbermann lui permettant d’améliorer ses inventions.

La pédale forte sera inventée un peu plus tard par John Broadwood (1732-1812), un écossais fondateur de la célèbre maison de fabrication de piano Broadwood and Sons. Cette invention sera une révolution dans l’histoire du piano.

Broadwood n’hésitera pas à faire appel à des scientifiques de la Royal Society et du British Museum, pour mettre au point la double table d’harmonie, qui sera utilisée par les fameux pianos Pleyel jusqu’au XIXe siècle.

Bach : Passacaglia en Do mineur BWV582. Roberto Prosseda, pedalepiano

Comparaison: Piano Érard et piano Pleyel de 1843

Le piano moderne

L’amélioration du piano sera le fruit d’une compétition farouche entre facteurs dès la fin du XVIIIe siècle et tout au long du XIXe siècle. John Broadwood, Ignace Pleyel (1757-1831) et Sébastien Érard (1752-1831) seront tous trois à l’origine de grandes avancées avec, pour chacun des trois, leurs champions.

Chopin pour Pleyel, Liszt, Haydn et Beethoven pour Érard et Dussek pour Broadwood. Le piano aura été le fruit d’un pari technologique qui consistait au départ à permettre au clavecin de gagner en expressivité entre les nuances de piano jusqu’au forte.

La passion et l’esprit de perfection d’un certain nombre de facteurs d’instruments et de grands musiciens et compositeurs fera le reste.

piano origine du piano histoire du piano