le blog

Retour à la liste des articles

Claude Darmon, délégué régional à l’ICM depuis 1999

Claude, quelle est votre fonction chez ICM ? Elle est multiple : délégué régional pour Paris et différentes villes de province (prise en charge des événements pédagogiques – véritable « institution » chez ICM -, c’est-à-dire des concerts d’élèves et des examens … Continuer à lire

image

Claude, quelle est votre fonction chez ICM ?

Elle est multiple : délégué régional pour Paris et différentes villes de province (prise en charge des événements pédagogiques – véritable « institution » chez ICM -, c’est-à-dire des concerts d’élèves et des examens de fin d’année), chargé des partenariats avec les magasins de musique, les salles de concerts ou les comités d’entreprises, et enfin interlocuteur auprès des mairies d’arrondissement de Paris. Mais je tiens aussi à poursuivre l’enseignement du piano, car la transmission du savoir est une fibre naturelle qui m’est indispensable.

Quelles sont les missions que vous préférez au sein de votre travail ?

Rencontrer mes interlocuteurs en rendez-vous extérieur, car ce sont souvent des échanges enrichissants. Mon « challenge » est d’essayer de toujours les satisfaire…

Quelles sont vos références musicales ?

Difficile de répondre rapidement ! Du classique au jazz, à la pop ou à la chanson, cela représente beaucoup d’auteurs. Disons « de BACH à nos jours », en passant par MOZART, RAVEL, BARTOK, GERSHWIN, les BEATLES, Elton JOHN, Phil COLLINS, Michel POLNAREFF, William SHELLER, Bill EVANS, Keith JARRETT, Brad MEHLDAU… En bref : toute la musique où il y a « du grain à moudre » pour les oreilles !

Une anecdote qui vous a marqué ?

Lors d’un rendez-vous avec une collaboratrice du Théâtre des Champs-Élysées, j’ai pu assister durant quelques minutes magiques à une répétition des pianistes Martha ARGERICH et Evgenyi KISSIN, qui préparaient leur récital du lendemain. Le temps s’est arrêté, et je pouvais presque sentir la présence de Mozart… Ce fut un cadeau immatériel inestimable.

MOZART : Sonate à quatre mains en ut majeur, K521 (1787)
Martha ARGERICH, Evgenyi KISSIN, piano

piano ICM Mozart musique historique interview classicisme