5 choses à savoir sur le groupe qui jouait au Bataclan le 13 novembre 2015

1) Ce n’est pas un groupe de «death metal» !

Vous n’avez jamais pensé que les DAFT PUNK jouait du punk rock, n’est-ce pas ? Et vous avez raison, puisque leur style est le plus souvent un mélange de house music et de funk.

Eh bien il en va de même pour ce groupe, devenu tristement célèbre bien malgré lui — et dont le souhait le plus cher est désormais de jouer pour la réouverture du Bataclan, ce qui est tout à leur honneur.

Écoutons quelques exemples de musique death metal, style très particulier apparu au cours des années 1980, et qui pousse à leur paroxysme toutes les caractéristiques du heavy metal des années 1970 : guitares saturées et très distordues, tempo rapide, rythmes frénétiques — notamment du fait de l’emploi de blast beats à la batterie —, harmonies dissonantes et techniques vocales extrêmes, le chant hurlé du heavy metal étant supplanté par le growl, le grunt ou le pig squeal.

Voici tout d’abord les Polonais de VADER, pionniers de cette tendance avec les groupes POSSESSED et… DEATH — groupe dont le nom est l’une des origines de l’expression «death metal». Nommés quant à eux en référence à Darth Vader (le nom anglo-saxon de Dark Vador), les VADER jouent encore aujourd’hui un death metal très proche du style originel des années 80 :

Beaucoup plus jeunes, les Américains de BLACK CROWN INITIATE pratiquent le technical death metal, style qui, comme son nom l’indique, est encore davantage axé sur la virtuosité des guitares et de la batterie :

Autre groupe américain, DEVOURMENT cultive la surenchère du brutal death metal, style démentiel dont le nom est tout un programme…

Écoutez maintenant ces deux morceaux du groupe EAGLES OF DEATH METAL : même si vous n’êtes pas du tout familier des musiques rock, la différence vous sautera immédiatement aux oreilles !

Chant tout à fait normal, rythme simple, dansant et chaloupé caractéristique du rock et du hard rock, guitares électriques très «civilisées» et mélodies dérivées du blues : les EODM sont un groupe de garage rock, qui propose une musique joyeuse, bon enfant et délicieusement rétro.

Le garage rock est un style apparu durant les années 1960, notamment dans certaines chansons des KINKS comme You Really Got Me :

Comparée au pop rock en vogue à l’époque, cette chanson de 1964 propose un son plus rugueux — notamment du fait de l’emploi de power chords à la guitare —, ainsi qu’une mélodie, des harmonies et des paroles volontairement simplistes, mais fraîches et énergiques. Dans ce style, tout se passait comme si les musiciens voulaient donner l’impression qu’ils étaient de jeunes adolescents répétant et bricolant tant bien que mal un rock insolent et rebelle dans le garage de leurs parents. Cette tendance se poursuivit au cours des années 1970, notamment avec les STOOGES menés par Iggy POP, qui produisirent un garage rock agressif considéré comme l’ancêtre du punk rock, un exemple fameux étant Search and Destroy :

Apparu à la fin des années 1970 dans le prolongement de ce «rock de garage», le punk rock fut justement l’une des origines des courants extrêmes des années 1980 comme le hardcore punk et le death metal. Mais les EAGLES OF DEATH METAL sont dans une démarche tout autre, que l’on appelle parfois «garage rock revival», et qui consiste à renouer avec le style rétro des groupes des années 1960, tout en le modernisant.

Outre les EODM, des groupes très connus comme THE BLACK KEYS, THE FRATELLIS, BLACK REBEL MOTORCYCLE CLUB, ARCTIC MONKEYS, THE LIBERTINES, BLOC PARTY, FRANZ FERDINAND, INTERPOL, THE YEAH YEAH YEAHS, THE STROKES pratiquent à l’occasion ce «revival».

Mais le morceau le plus célèbre de garage rock actuel est sans aucun doute Seven Nation Army des WHITE STRIPES, chanson qui est même devenue un hymne de supporters de football, et dont le clip a été vu presque 80 millions de fois sur YouTube ! Vous l’avez forcément déjà entendue…

On est donc ici beaucoup plus proche du blues rock et de la bonne humeur des ROLLING STONES que des styles extrêmes, très sombres et violents évoqués ci-dessus. Il arrive d’ailleurs que les EODM s’amusent à reprendre les tubes de leurs glorieux aînés, comme ici Brown Sugar en 2006 :

2) Rien à voir non plus avec Eagles…

Le groupe californien est en effet célèbre pour ses magnifiques ballades, entre country et folk rock :

3) Mais pourquoi Diable ce nom alors ?

Au vu de la démonstration ci-dessus, il est bien évident qu’il ne peut s’agir que d’un clin d’œil humoristique !

Au sens littéral, leur nom signifie «les aigles du death metal», ce qui est à la fois grandiloquent et cocasse, lorsque l’on écoute leur musique amusante et pleine d’auto-dérision.

Mais le véritable sens de leur nom est ailleurs : il s’agit bien des «Eagles du death metal», comme on dirait par exemple «les Mozart de la pop music» pour les BEATLES.

L’origine de cette expression nous est révélée par l’anecdote suivante : un jour, un ami de Josh HOMME, l’un des fondateurs des EODM, lui fit connaître le death metal, à travers différents groupes. Le rockeur remarqua alors que la musique de VADER semblait, par comparaison, plus «lyrique» et «mélodieuse» que celle des autres formations emblématiques du style. Remontez au début de l’article, et comparez la chanson de VADER avec les deux autres exemples, et vous constaterez que cette différence est certes subtile, mais bien réelle (remarquez notamment le style vocal du chanteur de VADER, nettement moins guttural et agressif que les autres).

Josh HOMME se serait alors exclamé devant son ami : «les VADER sont les «EAGLES» du death metal !», faisant ainsi référence au style folk rock doux et mélodieux du célèbre groupe californien (cf. point n°2).

Trouvant cette expression drôle, il eut ensuite envie d’imaginer ce que donnerait un croisement musical aussi improbable, et concrétisa cela en créant le groupe avec le chanteur et guitariste Jesse HUGHES.

4) L’un de ses membres-clés était absent

Le chanteur et guitariste Josh HOMME est un musicien éclectique, et EODM n’est que l’un de ses multiples projets. Il pratique ainsi des styles musicaux variés, mais il s’est d’abord fait connaître à travers le stoner rock (ou desert rock), sorte de hard rock lourd et poisseux, évoquant l’aridité rugueuse du désert californien où il est né. Ainsi avec le groupe KYUSS, dont il était le leader :

Lorsque ce groupe se sépara en 1995, il co-fonda un autre groupe de stoner rock, qui existe toujours aujourd’hui : QUEENS OF THE STONE AGE :

Plus récemment, il créa les EODM, puis le super-groupe THEM CROOKED VULTURES, avec un ancien membre de LED ZEPPELIN (le bassiste John Paul JONES) et le batteur de NIRVANA, Dave GROHL !

Cette riche carrière explique pourquoi Josh HOMME n’était pas présent le 13 novembre dernier au Bataclan : en effet, faute de temps, il ne participe pas aux concerts des EODM, mais seulement à leurs enregistrements, pour lesquels il se met d’ailleurs… à la batterie !

5) Ce n’est pas un groupe «sataniste»…

… et ce, malgré le titre de la chanson interprétée lors de l’attaque terroriste : Kiss the Devil.

Pensez-vous que le présent blog est dédié à la vénération du Mal et de Satan, simplement parce que j’ai écrit le mot «Diable» un peu plus haut (point n°3) ?

À l’image du nom du groupe, ou du titre de leur premier album, Peace, Love and Death Metal (d’où Kiss the Devil est tirée), ce titre est évidemment à prendre au second degré… tout comme les dessins de Cabu et ses amis dans Charlie Hebdo.

Et c’est tellement vrai que Jesse HUGHES, le co-leader du groupe avec HOMME, est connu pour être un chrétien ultra-conservateur ! L’ironie de l’histoire, c’est que ce sont aujourd’hui ses «amis» fondamentalistes (catholiques ou protestants) qui polémiquent bassement, prétendant que le groupe serait «sataniste», et aurait donc attiré à juste titre les foudres des extrémistes…

Oublions donc ces ridicules querelles, ne serait-ce que par respect pour les victimes.

13 novembre 2015 Bataclan death metal Eagles Eagles Of Death Metal garage rock Josh Homme Kyuss Queens of The Stone Age stoner rock The Rolling Stones Them Crooked Vultures

archives

Vous aimerez aussi