enseignants

Felipe Monque

Instrument enseigné : Piano
Professeur à l’ICM depuis : 2011
Ville(s) : Paris

Quel est votre parcours de musicien ?

Je suis né au milieu de la musique, c’est dans mes gènes. Au Vénézuela, il y a de la musique tout le temps, c’est très festif, c’est un pays très musical. J’ai commencé à jouer de tous les instruments qui étaient à ma portée, car dans ma famille il y avait beaucoup de musiciens.

Au contact d’un pianiste autrichien de passage, j’ai commencé à étudier le piano, qui ne m’a jamais quitté, suivi de la flûte, au besoin d’un instrument soliste et pour la composition de pièces de théâtre (musique). Je suis arrivé en France en 1981.

Quelle est votre recette pédagogique ?

Un bon contact avec l’élève est essentiel. Il faut respecter son statut en tant qu’enfant ou adulte, ses contraintes de temps et ses prédispositions pour l’apprentissage. S’il s’agit d’un enfant on passera plutôt par le jeu, si c’est un adulte, je demande beaucoup d’humilité, surtout pour les débutants. Ensuite il y a le travail et le plaisir de réussir, mais à chacun son rythme !

Si vous étiez un morceau de musique, lequel seriez-vous ?

Je ne me vois pas être un seul morceau de musique mais plutôt plusieurs. On est différent à chaque étape de sa vie et nos goûts et notre sensibilité changent. En revanche il y a la musique de quelques compositeurs qui m’ont accompagné toute ma vie. La musique de Mozart quand j’étais petit, la musique de Rimsky Korsakoff pour ses rêveries (Shéhérazade), la musique de Bach père pour la paix spirituelle qui s’en dégage, et je pourrais continuer ainsi mais il faudrait beaucoup de pages. Vous l’aurez compris, j’aime toutes les musiques, les populaires parce qu’elles représentent mon enfance, le jazz à l’adolescence, et le classique pour ce qu’elle est à mes yeux, la musique la plus achevée, incommensurablement.

Instruments